Romance Historique

L’amant de l’ombre de Judith McNaught

Editions J’ai lu/ Collection Aventures et Passions/ Romance Historique97822928

Résumé: A la mort de ses parents, Victoria quitte l’Amérique pour l’Angleterre où l’attend un cousin prêt à l’accueillir. Dès qu’il aperçoit la jeune femme, ce dernier n’a qu’une idée en tête: la marier à son fils. Aussitôt, il installe Victoria à Wakefield Park, chez Jason, dans l’espoir que l’un et l’autre finissent par se plaire. Mais la partie est loin d’être gagnée. Froid et cynique, Jason refuse formellement toute union. Toutefois, il accepte de trouver un époux à Victoria. Commence alors un défilé de prétendants auxquels Jason trouve curieusement toujours à redire…

L’avis de Lina :  

Comment vous dire ce que j’ai ressenti, à ma première lecture de ce roman (je l’ai lu en une nuit….couchée à 4h du mat’ ^^) je me souviens avoir pleuré, mais à chaudes larmes, m’être révoltée, sentir les papillons au creux de mon ventre, et me sentir étourdie…..

 

C’est le troisième livre que je lis de ce genre, les deux premiers se passaient en écosse avec des Laird sexy mdr….ça restait du mec viril, guerrier et une petite princesse rebelle qui en fin de compte succombait à la passion ^^ des histoires qu’on ne lit qu’une fois….

Ici, c’est un peu différent, l’histoire est plus étoffée, un peu plus recherchée….bon c’est toujours une jeune fille à peine sortie de son adolescence (18 ans) et, j’aimerai bien les voir un peu plus âgée ^^

Par moment, on retrouve un peu les clichés de ce type de romans mais parfois l’histoire arrive à s’envoler et nous emmène un peu plus loin qu’une jolie couverture^^

Victoria est une jeune fille très jolie, de longs cheveux auburn et des yeux bleus magnifique comme le dit Jason je cite » à faire damner un saint… » un peu à la Richard Armitage quoi ^^

Un peu naïve, elle arrive tout droit de son Amérique où ses parents sont morts, on la projette elle et sa sœur d’ailleurs dans la famille anglaise qu’elle ne connaît pas, avec des manières très apprêtées.

Elle rencontre un vieux cousin éloigné, subjuguée par sa beauté et qui l’appelle par le nom de sa mère…bizarre ^^

Sans le lui dire, il décide de la marier avec son fils illégitime, riche et beau comme le diable…..magnifique, vous allez me dire!! ….hé bien non c’est plus compliqué que ça, Jason Fielding le marquis (rien que ça) a déjà été marié, a eu un fils, et a perdu les deux dans un contexte plutôt peu glorieux, et depuis, il joue avec les femmes et ne laisse personne l’aimer et n’aime pas une femme en particulier…..Brun aux yeux verts, plutôt bien bâti avec un caractère ténébreux, ( un peu à la Damon Salvatore), avec une réputation d’amant très convoité par la gent féminine…..il n’a pas besoin d’une épouse.

Oui, mais c’est sans compter sans ce petit bout de femme qui va remuer sa vie….

Entre non dit, mal donne, caractère ombrageux, jalousie et fierté, c’est avec délice qu’on assiste aux joutes verbales des deux héros…..et autant vous dire que ce n’est pas pour tout de suite qu’ils craqueront ^^…..pour notre grand plaisir.

Bon, pour les personnages, la jeune Victoria est jeune, et naïve (forcément) mais elle ne reste pas une petite mijaurée, elle apprend vite ^^ et on est plutôt fier de la voir faire son entrée dans le bal des débutantes londoniennes, avec un Jason qui se rend compte au fur et à mesure qu’il n’a pas trop envie qu’elle se trouve un fiancé…..

Jason est un sacré personnage complexe, au delà de son physique époustouflant  j’aime son caractère ténébreux et ombrageux, l’homme viril qui ne sait pas pleurer, qui cache le désir qui le déchire pour Victoria et qui cache à lui même ses propres sentiments. j’adooooooooooore ^^

A côté de cela, on découvre quand même, l’étiquette imposée à cette époque aux jeunes femmes anglaises, soit belle et attends qu’on t’épouse, si tu as de la chance tu tireras quelqu’un qui t’aime mais pas sûr!

Faire attention aux quand dira t on, aux rumeurs et aux apparences……et l’aspect campagnard que peut avoir les gens qui viennent d’Amérique à cette époque là.

Bon, ce n’est pas du Jane Austen ni du Elisabeth Gaskell, mais ce n’est pas non plus du roman avec des parties de jambes à l’air toutes les deux pages et c’est ça qui est bien ^^

Pour une St Valentin, c’est ce qu’il me fallait, une belle romance, alors passer vos préjugés de ce type de roman et foncez pour passer un bon moment dans les bras de Jason Fielding ^^

coup de coeur de lina
Romance Historique

La mer en hiver de Susanna Kearsley

Editions Charleston / Romance HistoriqueLa_mer_en_hiver__c1_large

Résumé : Printemps 1708, une flotte jacobite de soldats français et écossais échoue à faire revenir James Stewart, le roi exilé, sur ses terres d’Écosse afin de réclamer sa couronne.

De nos jours, Carrie McClelland s’inspire de cet épisode historique dans son nouveau roman. Installée aux abords du château de Slains, au cœur d’un paysage écossais désolé et magnifique, elle crée une héroïne portant le nom d’une de ses ancêtres, Sophia, et commence à écrire.

Mais elle se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé…

L’avis de Lina :

Comment vous dire?………..je suis tombée amoureuse de ce livre lol Pourquoi? 

Déjà parce que à la base je suis amoureuse de l’Écosse, j’ai dû être écossaise dans ma précédente vie, impossible autrement….Je ressens l’appel de ce pays au plus profond de mon être….bon j’arrête là avant que vous me preniez pour une abrutie totale 🙂

Donc forcément, j’avais ce livre dans ma PAl depuis un petit moment et je savais très bien que l’intrigue se passait en Écosse et là justement en mal de ce pays….je me suis plongée dedans. 


Je me suis très vite ( en plus) reconnu dans le personnage de Carrie McClelland alias Caroline ( ^^) elle est écrivain, passionnée d’histoire et de généalogie. Elle écrit des romans historiques. Et comme elle, parfois je crois à la magie des endroits anciens….

Alors ici, lorsqu’elle croise le chemin du château de Slains là bas dans l’Aberdeenshire, sur les falaises qui surplombent la plage et la mer….j’avais déjà l’impression d’y être. L’impression de demander ma route à cet homme aux beaux yeux gris et au sourire mystérieux. 


J’ai adoré les deux histoire enchâssées, on commence par suivre et par connaître Carrie qui sous le coup de la magie de Slains, décide d’abandonner le château de St germain en France où elle écrivait pour continuer son histoire dans un petit cottage qu’elle va louer pendant l’hiver…..(un hiver en Écosse …..rien que ça ^^) 

L’auteur décrit tellement bien les impressions, le souffle du vent, les vagues et l’horizon qu’on a l’impression d’être à côté de Carrie lorsqu’elle se balade où dés qu’elle écrit dans son petit cottage. J’adore quand un livre me fait cet effet, il vient me prendre par la main et m’emmène dans son monde…..ici c’est pari réussi! J’ai quitté mon vieux fauteuil pour aller marcher sur cette plage et sur cette falaise en guettant l’horizon pour apercevoir à mon tour les voiles blanches…..


Après avoir fait la rencontre de Carrie, on fait donc connaissance avec son ancêtre Sophia, jeune fille écossaise qui a perdu ses parents dans le naufrage de leur navire. Aprés avoir vécu 8 ans chez son oncle ( pas trés sympathique) elle est recueillie par une parente, la comtesse d’Eroll dans le château de Slains…..et c’est ici que commence également la partie historique du roman ( le régal) on entre dans les réseaux d’espionnage et les préparatifs du retour du roi Jacques le jeune en 1708. C’est passionnant, d’assister comme si on y était aux différents obstacles et trahisons qu’il a pu rencontrer….ça m’a amené à penser que Louis XIV n’était peut être pas si enclin que ça à son retour….et puis la malchance qui poursuit ces Stuart quand même. Il faut le dire si j’avais été là bas, j’aurai sûrement été une jacobite!!


Et puis forcément, se crée l’histoire avec Carrie et celle de Sophia avec Morlay  ( et quelle belle histoire d’amour et de courage….j’ai eu des papillons et j’ai bien pleuré) c’est le bel amour…..galant mais tellement enragé, la rage de pouvoir faire partager ce qu’on ressent, cet amour, ce désir retenu…..


Et puis, il y a un petit quelque chose de magique dans ce roman dans ces deux histoires d’amour qui fait sourire et qui laisse rêveur…..je m’en doutais un peu mais lorsque je l’ai senti arriver, je n’ai que plus apprécié les yeux gris…..^^


Vous l’avez compris c’est un coup de cœur simplement…. J’ai quitté à regret la falaise et le château de Slains  pour revenir dans mon petit fauteuil. j’ai adoré et je peux vous dire que celui là il va faire parti de ces romans que je garde pour pouvoir me les relire de temps en temps par nostalgie et parce que je recherche l’ambiance que j’ai ressenti en le lisant…..un peu l’impression qu’il me rapproche de mon second pays que j’ai dans le cœur^^ Love Scotland 🙂


Je vous le recommande ^^

coup de coeur de lina



Romance Historique

La vengeance du highlander d’Anna Lyra

Harlequin / Romance Historiquela-vengeance-du-highlander-762661-250-400

Résumé : Sous la menace d’un mariage forcé, Moira fuit loin du château de son frère, le chef du clan MacDonald. Si elle parvient à rejoindre sa mère sur l’île de Skye, peut-être pourra-t-elle échapper au sinistre destin qu’on a tracé pour elle. Mais ses espoirs d’atteindre l’île seraient peu de chose sans l’aide de Kieran, un mystérieux Highlander rencontré en chemin. Au côté de ce guide fort et débrouillard, Moira ne redoute plus les dangers de la route. Du moins, tant qu’elle ne révèle pas sa véritable identité… Car elle découvre trop tard que Kieran est un MacLeod, un ennemi juré de son clan. Et qu’il n’a qu’une idée en tête : se venger des MacDonald, qui ont assassiné les siens…

L’avis de Lina :

J’attendais avec impatience cette nouvelle romance historique d’Anna Lyra (je l’avais donc pré-commandée pour la recevoir sur ma liseuse ^^ et quelle magnifique couverture !!!!) J’avais, l’année dernière chaviré pour la fleur des Highlands. Autant vous dire que lorsque ça se passe en Écosse, toute mon attention est retenue ^^

Nous retrouvons donc avec plaisir notre couple du premier opus Alistair et Marguerite (notre petite française) Sauf qu’ici, bien sûr l’histoire n’est pas tournée vers eux. On retrouve donc Alistair nouveau laird du clan McDonald après avoir chassé son oncle et épousé la belle Marguerite. Ici, il a bien du fil à retordre avec sa petite soeur, Moïra. Belle, farouche, féministe et qui n’a rien à envier aux guerriers en kilt. 

Alors qu’elle vit avec le bonheur de son frère sous les yeux, Moïra aimerait elle aussi pouvoir faire un mariage heureux et passionné. Mais le clan passant avant tout, elle se trouve plus ou moins conseillée de prendre un prétendant en particulier. Elle se rend vite compte que les espoirs qu’elle avait formé pour cette union ne seront pas réalisables. elle décide donc de s’enfuir au grand dam de son frère. 


C’est à ce moment qu’elle rencontre Kieran McLeod, il vient du Sud (Edimbourg) mais est natif du Nord de l’Écosse. Il porte un passé lourd qu’il a tenté de fuir en venant s’installer plus au sud. Aussi brun et ténébreux qu’Alistair était blond, il ne porte pas de kilt puisqu’il vient du sud. 

Il va donc faire la rencontre de Moïra au détour d’un chemin….après plusieurs péripéties, ces deux-là arrivent tant bien que mal à s’apprivoiser. Mais c’est sans compter sur le passé des deux clans ennemis qui va alors les opposer dans la seconde partie de l’histoire. 

J’ai beaucoup aimé les deux personnages et j’ai particulièrement aimé détesté le personnage de Taskill.No émotions sont mises à rude épreuve et j’avoue avoir trépigné et râlé après nos deux héros qui joue au jeu du chat et de la souris lol

Comme à son habitude, la plume de l’auteur est très appréciable et enivrante, commencé en début d’après-midi je n’ai pu refermer avant de l’avoir terminé ^^.Ici pas de grandes descriptions de paysages mais malgré tout on arrive tout de même à s’imaginer le soleil levant sur l’île de Skye. 

Le fond historique est assez bien travaillé, derrière la romance et les valeurs des clans, on retrouve les complots de la cour de la jeune reine Marie Stuart aux prises avec son félon de demi-frère James. De même, on assiste à la montée du protestantisme en Écosse et la peur des clans écossais face à ce phénomène et à tout ce qui vient du sud.

En résumé, un très bon roman qui se lit facilement et qui fait passer un bon moment. Mais mon cœur restera accroché tout de même au premier opus car le couple Kieran/Moïra m’aura moins fait vibrer qu’Alistair et Marguerite. ( et pourtant je préfère les ténébreux lol )

J’attendrai donc avec impatience une nouvelle romance qui touche à l’Écosse de la part de cette auteur.

j ai aimé

Romance Historique

Blackmoore de Julianne Donaldson

Editions Milady Romance / Romance historique1501-blackmoore_org

Résumé :     Déterminée, Kate Worthington souhaite ne jamais se marier. Afin d’échapper à une famille qu’elle abhorre, elle rêve de partir pour les Indes. Malheureusement, sa mère a d’autres projets pour elle et l’oblige à conclure un marché : elle pourra y aller si elle parvient à refuser trois demandes en mariage. Kate se rend alors au manoir de Blackmoore où elle retrouve son ami de toujours, Henry Delafield. Peu douée dans l’art de la séduction, elle demande alors à ce dernier de l’aider afin de fuir une vérité qui a, depuis toujours, maintenu son coeur captif.

L’avis de Lina : 

Voici une romance qui était dans ma PAL depuis un petit moment. Blackmoore est le second livre de Julianne Donaldson, Apres Edenbrooke que je n’ai pas (encore) lu.

J’avoue que la couverture m’a tapé dans l’œil, les tons pastels donnent un air romantique à cette couverture. 

Je me suis donc plongée dans cette romance classique anglaise du XVIII e siècle. On y fait la rencontre de Kate Worthington, jeune, jolie, intelligente, passionnée et pas gâtée en ce qui concerne sa famille. Kate a deux sœurs, une plus âgée et une plus jeune. 

Au début du roman, on comprend vite qu’elle évite les mariages et se passionne plutôt pour les sorties incognito en pleine nature en compagnie de son chat et du frère de son amie d’enfance: Henry Delafield. 

Le problème de Kate (qui refuse tout le long du livre qu’on la surnomme Kitty et on comprend pourquoi vers la fin du livre) c’est qu’elle a toujours voulu étant petite accompagnée son amie d’enfance et son frère à Blackmoore, leur résidence d’été. Aux yeux de ses amis, Blackmoore est merveilleux, splendide, grandiose et prés de la mer. Durant toute son enfance, elle a voulu y aller mais Mme Delafield lui a refuser cet honneur. 

A l’aube de ses fiançailles, Henry outre passe sa mère et invite Kate à y séjourner pendant l’été. Pour pouvoir y aller elle est obligée de passer un accord avec sa mère, qui n’est pas vraiment un premier prix de convenance.

On apprend vite que Kate porte le lourd bagage de la réputation de sa famille : sa mère et sa sœur. et si elle agit comme une sauvageonne c’est pour se différencier totalement de ces deux-là.

Son projet de vie est de partir avec sa tante pour les Indes, loin de sa famille. On comprend également que cette fuite n’est pas forcément que pour échapper à sa mère…

L’essentiel de l’intrigue se passe forcément à Blackmoore, les détails et la précision du vocabulaire donne l’impression aux lecteurs de se retrouver dans cette lande avec le vent qui fouette le visage devant cette grande bâtisse. 

Malheureusement, pour Kate, elle ne va pas retrouver sa meilleure amie comme elle l’avait quittée. Sa première saison londonienne l’a profondément changée et elles se sont beaucoup éloignées l’une de l’autre. Mais elle garde encore toute la complicité avec Henry.

Ah Henry ! j’en voudrais bien un comme ça. Beau, intelligent, prévenant et irrémédiablement amoureux de Kate! qui elle fait style de rien…… Mais bon il est à Blackmoore avec sa fiancée n’oublions pas!

De fil en aiguille, l’intrigue et les rebondissements vont se mêlées et très vite les pages se tournent car quelques flash-back viennent nous délivrer au fur et à mesure les secrets et le passé de ces protagonistes…..

Le roman est bien écrit, le style est fluide et ne s’alourdit pas ce qui parfois à tendance à arriver dans ce genre de romance. Il n’y a que la fin qui m’a un peu fait grimacé…..mais bon je chipote là. 

J’ai particulièrement aimé Kate cette héroïne qui ne se laisse pas faire et ne veut pas entraver ses projets. Une femme forte ce qui n’est pas vraiment l’habitude de cette époque. Le langage utilisé correspond bien à celui de l’époque et comme je l’ai dit les descriptions sont vraiment bien utilisées que l’on soit dans la nature ou dans ce manoir en pleine minuit….j’ai particulièrement aimé la scène de l’abbaye avec les corbeaux ^^

Comme vous pouvez le voir j’ai beaucoup apprécié ce roman qui entre deux lectures plus complexes apporte un souffle léger 🙂 une belle romance qui plaira aux grandes romantiques. 

j ai aimé

Romance Historique

Les chevaliers des Highlands. T 12 Le spectre. De Monica McCarty

J’ai Lu/ Collection Aventures et Passion / Romance Historiqueles-chevaliers-des-highlands,-tome-12---le-spectre-841833-264-432

Résumé : 1314. Alex Seton croit aux vraies valeurs de la chevalerie. Lassé des raids sanglants ordonnés par Robert de Bruce, le « roi-voyou » parti à la conquête du trône d’Écosse, il a déserté la Garde des Highlands pour rejoindre le camp adverse, où il espère faire triompher ses idées de manière plus honorable. Désormais considéré comme un traître, il vole pourtant au secours de Joan Comyn, la fille bâtarde du comte de Buchan, une jeune femme à la beauté ensorcelante, qui éveille bientôt ses soupçons. Ne serait-elle pas le Spectre, cet agent dont nul ne connaît l’identité et que les Anglais traquent en vain ? Déterminé à la confondre, Alex s’engage dans un duel où la séduction est l’arme principale et à l’issue duquel il devra choisir entre ses principes et son coeur.

L’avis de Deb:

Je démarre à mon poste de chroniqueuse sur le blog avec mon avis sur « Le Spectre » qui est le dernier tome de la magnifique saga des Chevaliers des Highlands de Monca McCarthy.

Un tome où nous retrouvons donc Alex Seton, alias le Dragon. Je l’attendais avec impatience celui-là étant donné que le chevalier écossais a toujours été mon favori ; avec Erik MacSorley, alias le Faucon, et Kenneth Sutherland, alias la Glace *profond soupir*.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas lu les tomes précédents, ces hommes font partie de la garde des Highlands du « roi voyou » Robert de Bruce. Leurs méthodes de brigands et leurs talents de guerriers seront autant d’atouts pour permettre au roi Robert de monter sur le trône d’une Écosse libérée du joug anglais.

Dans les tomes précédents, l’histoire se partage entre la romance et le déroulement des faits historiques : tout ce que j’aime ! Nous voyons un à un les membres de la garde se faire passer la corde au cou et dans le même temps nous suivons les événements de la vie de Robert de Bruce, ceux jusqu’à cette bataille cruciale : Bannockburn et donc le tome 12 !

Avec Le Spectre, je m’attendais à retrouver ce qui avait contribué au succès des précédents, mais je dois avouer avoir été un peu déçue par la romance. Elle est en deçà de ce que j’ai connu avec les autres guerriers. Pourtant, dans le tome de « la Vipère », le duo Alex/Joan semblait prometteur. Peut-être est-ce justement dû au personnage de Joan, que j’ai trouvé bien mais sans plus. De même, déçue de ne pas avoir « vu » Bella, la mère de Joan et héroïne du tome 3.

Par contre, la partie historique est passionnante et je pense que c’est pour cette raison que la romance passe un peu à la trappe. Nous sommes suspendus aux événements et guettons également l’apparition des autres membres de la garde de Bruce : que vont-ils faire ? Vont-ils pardonner à Alex son changement de camp même pour des raisons honorables ? Comment vont se dérouler les retrouvailles avec son ancien coéquipier le célèbre Robbie Boyd ?

Bref, vous l’aurez compris, on gagne aisément dans l’intrigue ce que l’on perd dans la romance, enfin pour moi en tout cas.

En conclusion : Une saga que j’ai adoré lire. J’ai ressenti cette pointe de tristesse en lisant la dernière ligne.

j ai aimé

Romance Historique

La dame du vallon perdu. (Les dames de RiproleT1) Eve Terrellon

Lune Ecarlate Editions / Romance Historique. cover

Résumé : En l’an de grâce 1416, Isabelle, sœur désargentée du ténébreux Arnault de Riprole, prend la route pour rejoindre le château de son fiancé. Sujette à une guerre endémique, la campagne normande est peu sûre et le charroi se fait attaquer. Sauvagement molestée, Isabelle est secourue par Tristan, un chevalier errant. Reconnaissante, elle demande à son frère d’accueillir ce dernier au château, pour qu’il y passe l’hiver avec son écuyer. Le fief est pauvre et la vie s’organise entre les mystérieux déplacements d’Arnault et la passion de Béranger pour la musique. Découvrant peu à peu les blessures qui marquent cette famille, Tristan se sent l’obligation de veiller sur Isabelle.

L’avis de Déb:

Une bien belle et touchante histoire que celle d’Isabelle et Tristan. J’ai été particulièrement touchée par le récit de cette jeune et belle demoiselle qui, par l’infortune, se retrouve souillée et violentée alors qu’elle se rend chez son fiancé afin de se préparer pour ses noces. Toutefois, dans son malheur, elle est secourue par Tristan, un preux chevalier qui a justement les codes de la chevalerie chevillés au corps! Il est le parfait exemple de l’amour courtois si cher à l’époque à laquelle se déroule l’intrigue. Très vite, on comprend que l’agression d’Isabelle ne sera pas sans conséquence pour son avenir et très vite on comprend que Tristan est sensible au sort de la jeune fille qu’il a sauvée. De même, on se rend compte que tout honnête et droit qu’il soit, Tristan cache un terrible secret sur lui, son passé, sa famille.

Si l’histoire d’Isabelle est touchante, celle de Tristan est, quant à elle, bouleversante! Lorsque j’ai commencé à deviner la raison du mal-être de Tristan en présence de sa jeune épouse, j’ai tout d’abord nié la chose avant d’y revenir. On ressent alors de la peine, mais aussi beaucoup d’admiration pour le personnage et le courage dont il a fait preuve en quittant ses terres et les siens pour mener une vie d’errance, mais loin de tout jugement.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Tristan. Il se transforme en véritable ange gardien pour cette famille désargentée. Tout en demeurant dans l’ombre, il agit pour leur bien et surtout pour celui d’Isabelle. Il réussit même à gagner l’estime du terrible Arnault. Sa relation d’amitié et de confiance avec son écuyer est également touchante. Thierry est d’ailleurs le seul à connaître son secret et il le respecte d’autant plus.

Même si elle est terrible, car les 2 protagonistes ont beaucoup souffert chacun de leur côté, cette histoire est belle, car elle démontre à quel point un amour sincère peut guérir même les plus profondes souffrances.

Ajoutez à cela un style qui sied particulièrement bien au récit et à son époque et vous obtiendrez ce petit bijou qu’est ce roman. Je le recommande vivement aux amatrices de belles romances historiques.

Ma note : 5/5.j ai aimé

Romance Historique

Les Noces de l’innocence. (T2 Les Dames de Riprole) D’Eve Terrellon.

Lune Ecarlate Editions/ Romance Historique.les-noces-de-l_innocence_cov1

Résumé: En cette année 1417, alors que l’armée anglaise menace plus que jamais la Normandie, le doux Béranger n’a qu’un rêve : devenir ménestrel. Pour cela, il se sent prêt à braver l’autorité de son frère Arnault, un fier chevalier, au risque de se voir renier par sa famille.
Très loin de là, dans les Vosges, Douce, sauvageonne vivant dans la montagne, voit sa vie bouleversée en portant secours à une fugitive. Réunis contre leur gré, les deux jeunes gens se voient plongés dans l’univers cruel et licencieux du comte de Coeurval.
Confronté au pire, le caractère bien trempé de Douce parviendra-t-il à s’accommoder des façons timorées de Béranger pour échapper aux griffes de leur prédateur ?

L’avis de Déb :

Un bon second tome qui met l’accent cette fois-ci sur Berenger, le petit frère d’Isabelle dont nous avons suivi l’histoire dans le tome 1. Ici, nous faisons plus ample connaissance avec le benjamin de la fratrerie. Au grand dam de son frère, le seigneur et maître de Riprole, Berenger n’éprouve aucun goût pour les armes et n’a en plus de cela aucune prédisposition pour devenir un chevalier comme ses aînés, son beau frère et son grand ami Thierry. Au lieu de quoi, le jeune homme nourrit l’espoir de devenir un jour ménestrel. En effet, Berenger manie mieux les mots que l’épée.

Hélas, à cause de son caractère naïf et trop confiant, et faisant fi des mises en garde de Thierry, il va se retrouver en très fâcheuse posture. Fort heureusement pour lui, dans son malheur Berenger va faire la rencontre de Douce, une jeune femme pleine de caractère, indépendante et qui ne s’en laisse absolument pas compter. À eux deux, ils vont tenter par tous les moyens de se tirer de ce mauvais pas et d’échapper à leurs ravisseurs. Ce faisant, ils vont nouer des liens amicaux (et plus) malgré leurs caractères diamétralement opposés.

Donc, un tome à l’ambiance quelque peu différente du précédent, un fait sûrement dû aux personnages. Berenger n’a rien du preux chevalier beau et fort. Certes il est très beau, mais pas à la manière d’un Tristan. Non, lui est délicat et raffiné tant d’un point de vue physique que du caractère. À l’inverse, bien que très jolie, Douce est combative, pleine de ressources et de courage. Au début, on a dû mal à voir comment ces deux-là pourraient s’entendre et encore moins former un couple, et pourtant au fur et à mesure de leur mésaventure, ils se rapprochent trouvant dans le caractère de l’un ce qui fait défaut chez l’autre, et c’est finalement avec plaisir qu’on les voit progresser dans leurs aventures mêlant danger et sensualité.

Comme toujours, l’auteur aborde avec délicatesse des sujets délicats pour l’époque, ici il s’agit de la différence des individus par rapport à un monde au code strict et à la vision étriquée. On sent également les sentiments de Thierry à l’égard d’un Berenger qui ne se doute de rien. Un amour dangereux compte tenu des positions de l’Église sur le sujet.

J’ai également retrouvé avec plaisir les personnages du tome précédent. D’ailleurs, l’histoire de la mort d’Eudes, le frère aîné, à la bataille d’Azincourt a piqué ma curiosité, tout comme l’attitude du personnage de Arnault, le frère torturé. Je gage que le prochain tome apportera son lot de révélations

 

j ai aimé